Ours en peluche

Qu’en est-il du deuil chez les plus jeunes?

Textes de Swiss Web santé publique - prévention - promotion de la santé

Les enfants et les adolescents sont, en matière de deuil, des populations à risque qui méritent une attention toute particulière. La perte d’un de ses parents par un enfant est un drame qui désorganise son monde intérieur et sa vie concrète. Son avenir dépendra de la capacité du parent survivant à faire normalement son deuil, à accompagner correctement celui de son enfant, de la possibilité pour ce dernier de pouvoir lier par la suite des relations affectives stables et harmonieuses avec un adulte qui deviendra peu à peu un parent de remplacement.

Les enfants endeuillés expriment leur chagrin comme les adultes, pour autant qu’on leur en donne la possibilité et qu’on les accompagne en leur parlant de ce qui se passe et de ce que l’on vit. Ils essaient souvent d’apporter du soulagement au parent qui reste. Mais leur manière de vivre leur souffrance ne se traduit pas, comme chez l’adulte, par un état dépressif; on assiste à des changements dans le caractère qui devient plus instable, à un fléchissement scolaire, des perturbations, habituellement modérées, du comportement, en particulier en matière de sommeil et d’alimentation.

Au cours du deuil, les enfants ont besoin de continuer à entretenir des relations avec le parent disparu qui devient ainsi un parent imaginaire, tout en sachant bien qu’il est mort. Avec leurs camarades, ils jouent la mort et l’enterrement. Tous ces phénomènes ne sont pas pathologiques ; ils seront respectés comme nécessaires au deuil de l’enfant et surtout pas culpabilisés. Il est judicieux de donner à l’enfant un objet ayant appartenu personnellement au parent disparu qu’il va conserver comme un souvenir précieux et un lien intime avec lui.

La possibilité de supporter un deuil précoce est, bien sûr, fonction de l’âge et du degré de maturité de l’enfant mais elle est également sous la dépendance des circonstances de la perte et plus encore de la nature des relations qui existaient antérieurement entre cet enfant et le parent disparu. Enfin les changements que ce deuil entraîne dans l’organisation de sa vie et dans ses relations ont également leur importance.

Les enfants ont très tôt des idées sur la mort à laquelle ils commencent à s’intéresser dès l’âge de trois ans, au moment de l’émergence de leurs tendances agressives. Mais leurs idées sur la mort ne sont pas les nôtres. Elles sont beaucoup plus proches de celles des hommes des civilisations prémodernes. Pour les uns et les autres, la mort n’est ni naturelle, ni irréversible et elle est contagieuse.

Ce n’est que lorsqu’ils comprennent - vers l’âge de quatre ans - l’irréversibilité de la mort que les enfants peuvent faire un travail de deuil; alors ils savent qu’ils ne reverront plus la personne disparue.

Chez l’enfant, le travail de deuil est-il particulier?

Le travail de deuil s’effectue par les mêmes processus de reconnaissance de la réalité, d’intériorisation avec identification et d’élaboration des sentiments inconscients de culpabilité. Mais le monde psychique en pleine évolution de l’enfance est bien particulier. Il est encore dominé par la toute-puissance, une très grande ambivalence dans ses attachements, la pensée magique qui fait fi des principes logiques et une connaissance encore insuffisante de la mort : ce n’est que plus tard qu’il en intégrera le caractère universel et nécessaire à la vie.

Ainsi, le travail de deuil de l’enfant est bien particulier. Sa connaissance et sa reconnaissance de la réalité ne sont pas aussi bien établies que les nôtres ; pour lui quelqu’un peut être à la fois mort et vivant. Enfin, les sentiments inconscients de culpabilité de l’enfant jeune sont beaucoup plus intenses que ceux des adultes du fait qu’il est encore plongé dans une ambivalence extrême.

Enfant sérieux

Lorsque l’enfant endeuillé est correctement accompagné et qu’il a pu renouer des relations affectives stables, les seules complications à craindre sont des difficultés d’attachement à l’adolescence ou au début de la vie adulte. Mais lorsque l’enfant n’a pas pu faire son deuil, exprimer suffisamment son chagrin et parler autant qu’il le voulait de son parent perdu, des complications surviennent longtemps après, dans le courant de la vie adulte. Là aussi, elles s’expriment soit au niveau de la santé physique perturbée par identification au parent perdu, soit au niveau du comportement marqué secrètement par l’échec, comme si le bonheur lui était interdit, soit enfin dans le domaine psychologique sous forme, le plus souvent, d’un état dépressif chronique de type névrotique sans raison apparente au moment où il survient.

Nous joindre

André Raymond, directeur général
115, boulevard Sacré-Coeur, bureau 202
Gatineau, QC J8X 1C5
Téléphone : 819-770-4814
Interurbain sans frais : 1-866-770-4814
Télécopieur : 819-770-8176
Commentaire :
direction@entraide-deuil.qc.ca
Faire un don

Réseaux sociaux

Facebook Facebook

Tous droits réservés à Entraide-Deuil de l'Outaouais